[Critique] The Matrix Resurrections (2022)

Je me souviens encore de la belle époque de The Matrix. Le premier volet de la trilogie fut visionné avec un VHS acheté dans un supermarché. Le second volet de la trilogie fut visionné dans la salle de cinéma présente à mon école. Et le chapitre final fut regardé sur une chaîne payante chez l’un de mes oncles. The Matrix Resurrections fut donc un moment de nostalgie important pour une première visite au cinéma en 2022. Malheureusement, trop de nostalgie peut s’avérer problématique…

Retour dans un monde de deux réalités : l’une, la vie quotidienne ; l’autre, ce qui se cache derrière. Pour savoir si sa réalité est une construction, pour vraiment se connaître, M. Anderson devra choisir de suivre à nouveau le lapin blanc.

The Matrix Resurrections pense être une œuvre intelligente. Le genre dont l’esprit est tellement habité par un délire, que l’organisme est incapable de discerner le rêve de la réalité. Le divertissement mise tellement sur la carte de la nostalgie que le tout est incapable de créer sa propre identité. On jongle à la fois entre une reprise des meilleurs moments de la saga (avec la réutilisation de ces moments en prime…), une relecture du premier volet de la saga et un commentaire moderne sur la vie des pauvres chèvres  que nous sommes, avec nos yeux collés sur nos cellulaires…

Et au milieu de tout ça, Keanu Reeves tourne en rond sans faire rien de concret. Sa fonction dans le récit est de représenter le héros de notre enfance. Celui qui est incapable d’être à la hauteur de nos attentes. Il revit essentiellement le même périple que durant les années 90. En fait, sa présence ne sert qu’à nous faire comprendre qu’un homme n’est complet que grâce à sa petite femme – lire ici Carrie-Anne Moss. Malgré une chimie toujours intacte, les deux acteurs sont incapables de redonner à la saga Matrix ses lettres de noblesse. Oui, les deux volets précédents allaient peut-être dans des directions controversées, mais au moins, ils allaient quelque part.

The Matrix Resurrections n’a aucune direction. C’est d’autant plus visible dans la réalisation de Lana Wachowski. Spécialement durant les séquences d’action. Il est loin l’époque où Reeves nous montrait ses talents en kung-fu. La réalisatrice ne parvient pas à créer un seul moment mémorable durant toute la durée de The Matrix Resurrections. Wachowski semble perdre son âme dans le troisième acte, alors que le tout devient à la limite de l’illisible. Même chose pour les décors, les effets spéciaux et tout le reste…

Il n’y a rien dans The Matrix Resurrections qui justifiait l’existence du film. Il y a des trucs pour les nostalgiques. Il y a des trucs pour les nouveaux adeptes de la saga. Oui, certaines personnes risquent d’être bien diverties par The Matrix Resurrections. Mais pour l’adulte mélancolique que je suis, il n’y a rien d’intéressant pour ma part dans ce divertissement inutile et oubliable…

The Matrix Resurrections (2022)
1

Résumé

Parfois il faut mieux prendre la pilule bleue…

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Commentaires