[Critique] Texas Chainsaw Massacre (2022)

Il y a de ces franchises qui refusent de mourir. La saga horrifique Texas Chainsaw Massacre est de retour ce mois-ci avec un nouveau volet du même nom. Visiblement inspiré du succès d’Halloween (version de 2018), Texas Chainsaw Massacre tente d’être une suite directe au film original, en modernisant le concept pour une nouvelle audience…

Après près de 50 ans de clandestinité, Leatherface revient pour terroriser un groupe de jeunes amis idéalistes qui perturbent accidentellement son monde soigneusement protégé dans une ville reculée du Texas.

Texas Chainsaw Massacre est un drôle d’oiseau. Le divertissement a connu une production trouble, avec des réalisateurs qui ont claqué la porte en plein tournage. David Blue Garcia, directeur photographique de métier, se charge de recommencer le long-métrage au pied levé. Sans pour autant être mauvais, c’est un détail qui se remarque dans le film.

D’une durée d’à peine 80 minutes, générique compris, Texas Chainsaw Massacre nous balance directement dans le nœud de l’intrigue avec un groupe d’influenceurs qui achètent une ville fantôme pour y construire une utopie. À aucun moment le divertissement ne prend le temps de développer ce concept, ou même d’autres éléments cruciaux. Comme le fait que l’une des protagonistes, Elsie Fisher qui est géniale dans le film, souffre d’un sérieux choc post-traumatique. Ou comme le fait que l’un des personnages importants de la saga est de retour pour quelques minutes seulement.

Fondamentalement, l’œuvre aurait mieux fonctionné dans un format plus long, d’une centaine de minutes au minimum. Il manque quelques ingrédients ici et là pour rendre l’expérience mémorable. Cela se fait surtout ressentir lorsque le massacre de Leatherface commence. Mis à part un campagnard travaillant pour ces milléniaux, on n’est pas réellement investis dans le sort de nos victimes.  Les tueries sont réalisées d’une main de maître, mais sans une connexion émotive avec ces futurs cadavres, nous ne sommes que devant des agneaux se dirigeant vers une boucherie.

Et oui, c’est une sacrée boucherie. Texas Chainsaw Massacre offre un carnage viscéral. Plutôt que de suggérer des trucs, le film nous lance le tout à la figure tel un buffet d’hémoglobine. Il y a un peu de tout pour tout le monde. Certains moments, qu’ils soient aimés ou pas, font réagir. Comme un carnage dans un autobus qui se positionne comme une séquence épique; possiblement l’un des meilleurs moments dans le monde « horrifique moderne ». Le tout est justifié dans une version de Leatherface un brin différente. Le tueur n’est pas forcément le prédateur, mais une victime dans le long-métrage. Une nuance qui rend sa tuerie encore plus brutale et captivante.

Malheureusement, Texas Chainsaw Massacre est incapable de soutenir ces moments épiques. Trop court et manquant de substance, le divertissement ne parvient pas à laisser une marque sur nos esprits. Moment de pur spectacle pour certains. Échec lamentable pour d’autres. Le film ne réussira pas à relancer cette saga horrifique en manque de sang neuf. Et ce, malgré ce qu’une scène post-générique laisse présager…

Texas Chainsaw Massacre (2022)
3

Résumé

Texas Chainsaw Massacre est une tuerie efface mais imparfaite pour Netflix.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Commentaires